SIPEEY

...Système dInformation Populaire pour les Collectivités Locales au Sénégal

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Commune d'Arrondissement de Djiddah Thiaroye Kao

Envoyer Imprimer PDF

Historique                  Visitez le Site Officiel de la Commune d'Arrondissement réalisé en Mars 2010 par Ibrahima SANE et Zeyna BA

Maisons inondées à DJIDDAH THIAROYE KAOLa République du Sénégal se situant sur la pointe ouest africaine a une superficie de 200 000 km2 pour une population estimée à 12 000 000 habitants. Dakar qui est la Capitale politique et économique à une superficie de 570 km soit 0,3 % de la superficie du Sénégal ; regorge 25% de la population totale.

 

La ville de Pikine qui est aussi un département de la région de Dakar, représente 20% de la superficie de la région avec une population estimée à 1 200 000 habitants.

La commune d’arrondissement de Djiddah Thiaroye Kao (CADTK) qui est une des 16 communes d’arrondissement de Pikine a une population d’environ 150 000 habitants pour une superficie de 2,4 km2.

Pikine a obtenu le statut de ville dotée de 16 communes d’arrondissements par la loi 96 – 06 du mars 1996 et le décret 96 – 745 du 30 Août 1996. Djiddah Thiaroye Kao fait partie des 16 communes d’arrondissement.

La commune d’arrondissement est la collectivité de base en zone urbaine.


Géographie

Aspect géographique

Elle s’établit comme suit :

NORD : L’avenue Falilou Mbacké à l’emprise de la conduite d’eau, par la rue passant entre l’institut de pédiatrie sociale et le tribunal départemental, la rue constituant l’emprise de la conduite BONNA jusqu’à la conduite aérienne du lac de GUERS, cette conduite jusqu’à la traversée de la rue de Nietty Mbar.

EST : La rue Tally Diallo, de la route des Niayes jusqu’à l’intersection avec la route qui mène au quartier Nimzatt et marché Boubess.

OUEST: La route des Niayes sur la portion comprise entre la rue Tally Diallo jusqu’au CEM Sergine Cheikh Anta Mbacké (SCAM).

SUD : Les communes d’arrondissement de Pikine Est et Thiaroye Gare.

La commune d’arrondissement est située dans la zone des Niayes. Le climat de type sud canarien est marqué par deux saisons ; la saison sèche et la saison des pluies. L’altimétrie donne un maximum de sept (07) mètre de niveau par rapport à la mer. Une zone basse, lit naturel des eaux hivernales. La pluviométrie est estimée en moyenne à 540 millimètres par année.

Carte Google Maps

{svmap id="6"}

Aspect socio démographique

La population de Djiddah Thiaroye Kao est estimée à environ 150 000 habitants. Les Wolofs constituent le groupe éthnique le plus important (37%), suivent les Hal pulaar (34%), les sérères (22%), les mandingues, diolas et les ressortissants des pays limitrophes composent la population restante (7%).

D'un point de vue confessionnel, les musulmans représentent 95% de la population et les catholiques les 5% restant.

Le taux de féminité est de 54%. Les classes sociales répondent aux théories de développement de la périphérie par rapport au centre. En d'autres termes Djiddah Thiaroye kao n'échappe pas à la notion de cité dortoir.

En conformité avec les estimations moyennes nationales :

  • Le nombre d'enfants par femme est supérieur à 5
  • L'espérance de vie est de 63 ans

La population de la commune d'arrondissement de Djiddah Thiaroye kao est inégalement répartie selon le disfonctionnement des problèmes d'urbanisation.

Répartition par âge

Ages

Pourcentage

0 à 15 ans

15 à 25 ans

25 à 35 ans

35 à 45 ans

45 à 55 ans

55 à 65 ans

65 et plus

30%

20%

18%

15%

9%

6%

2%

 

Répartition par sexe

Sexes

Pourcentage

Femmes

Hommes

54%

46%

Répartition par ethnie

Ethnies

Pourcentage

Wolofs

Pulaars

Sérères

Autres

 

37%

34%

22%

7%


Finance et administration

La commune a peu de rentrées fiscales et ce pour différentes raisons : insuffisance des recouvrements, insuffisance des systèmes de contrôle et des bases de données, manque de personnel. Peu de structures appuient les initiatives, qu’elles soient associatives ou entreprenariales. Il n’y a pas de partenariat entre la commune et les entreprises. Djiddah Thiaroye kao manque clairement de moyens, notamment au vu des compétences qui lui sont déléguées depuis la décentralisation.

La mairie bénéficie de personnel très qualifié et très disponible.


La Mairie

Cinq secteurs assurent l’administration municipale ;

  • Le Secrétaire municipal
  • Le Cabinet du Maire
  • Le Service administratif et financier
  • Le Service de l’état civil
  • Le Service technique communal

Le Conseil Municipal issu des élections locales du 22 mars 2009 assure les destinées de la commune par la démocratie participative.

Le maire assure l’organe exécutif et le conseil municipal l’organe délibérant.

Les commissions techniques spécialisées qui sont au nombre de 20 constituent un cadre d’échange qui permet au maire d’avoir une visibilité et une lisibilité pour la prise de décision.


Le Maire

Texte


Le Conseil Munucipal

Le Conseil Municipal issu des élections locales du 22 mars 2009 assure les destinées de la commune par la démocratie participative.

Ce conseil est constitué de 70 membres appelés conseillers municipaux (venant de plusieurs partis politiques et de la société civile) issu des différents quartiers du territoire communal.

Le Maire est à la tête du conseil de la commune. Il s’appuie sur cinq (05) adjoints

  • 1er adjoint chargé de l’Entreprenariat féminine, de la micro finance et la solidarité
  • 2e adjoint chargé des questions économiques et financières
  • 3e adjoint chargé de la planification et du développement local
  • 4e adjoint chargé de la coopération décentralisée
  • 5e adjoint chargé de l’éducation et la formation

Le maire assure l’organe exécutif et le conseil municipal l’organe délibérant.

Les commissions techniques spécialisées qui sont au nombre de 20 constituent un cadre d’échange qui permet au maire d’avoir une visibilité et une lisibilité pour la prise de décision.


Economie

Pikine abrite la plus grande unité de production du Sénégal, les industries chimiques du Sénégal (ICS), ainsi que d’autres sociétés spécialisées dans le textile et le bois. On y trouve aussi le principal centre de traitement de la viande du Sénégal (SERAS) et le plus grand marché central de poisson.

Les zones sont génératrices d’emploi et quelques habitants de Djiddah Thiaroye Kao en bénéficient. Il y’a trois (03) marchés dans la commune : celui de Nietty Mbar, de Darou Saam et le marché Boubess. Le marché de Nietty Mbar situé le long de la route Icotaf prolongée est de petite taille et relativement difficile d’accès.

Commerce

Le commerce pratiqué au niveau de la commune est essentiellement de détail.

On constate la présence de nombreux boutiquiers et de femmes qui s’adonnent à la vente de denrées alimentaires. Leurs marchandises (arachide, biscuits, fruits etc.…) sont exposés devant leur maison. Quatre vingt pourcent (80%) de ces femmes dont les revenus mensuels n’excèdent pas vingt mille francs (20 000 F), assurent les dépenses de leur famille.

Artisanat

On constate également des artisans qui exercent leur métier de forgeron, menuisier, tisserand, tailleur, boulanger, blanchisseur, cordonnier, ou encore mécanicien, mais le nombre de professions qualifiées est très faible. Une grande proportion d’activités informelles, fait monter le taux de chômage a plus de cinquante pour cent (50%). Il n’y a presque pas d’offres d’emploi dans la commune.

Les populations de Djiddah Thiaroye Kao subissent fortement la baisse du pouvoir d’achat. On peut affirmer que le pourcentage de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté est plus important à Djiddah Thiaroye Kao (54% de la population) qu’ailleurs au Sénégal.

Tourisme

On note une absence totale de politique et de lieux touristiques dans le département de Pikine. La commune de Djiddah Thiaroye Kao est relativement isolée d’un point de vue de communication et des centres d’attraction économique ou culturelle.


Agriculture et Elevage

Sur l’ensemble de la ville de Pikine, on compte plusieurs milliers de maraîchers expérimentés. Le maraîchage est un savoir faire très présent notamment à la grande Niaye de Pikine qui se trouve au nord ouest de la ville. Il n’y a aucune Niaye sur Djiddah Thiaroye Kao, mais des projets de micros jardins ont été menés par certains habitants et associations de la commune.

Il n’y a pas non plus d’arboriculture ou de pisciculture. Djiddah Thiaroye Kao comptent quelques éleveurs de moutons.


Infrastructures et Equipements

Peu de routes sont goudronnées à Djiddah Thiaroye Kao. La route de Nietty Mbar ou Icotaf prolongée est un axe central puisqu’elle traverse la commune. Les véhicules peuvent circuler sur cette route mais elle est globalement en mauvais état. Elle est souvent encombrée et occupée par des camions, par des voitures ou des taxis clando. La route de Tally Boubess un axe majeur de circulation est elle aussi en mauvais état, elle traverse Djiddah Thiaroye Kao de Pikine Nord à Guédiawaye.

Cependant, elle ne représente pas un axe aussi porteur pour la commune car elle est relativement excentrée et une minime partie de cette route se situe dans les limites administratives de Djiddah Thiaroye Kao.

Les zones d’habitation ne sont pas accessibles facilement, les voises sont en sable et les rues sont étroites.

Malgré le fait qu’elle permette de relier Pikine Nord à Yeumbeul, aucun bus ne passe par la route de Nietty Mbar. Elle représente pourtant un lieu central et un axe potentiellement générateur d’activité. Le projet de développement de Pikine irrégulier sud envisage le développement d’une route venant de l’Est rejoignant Icotaf prolongée. Seuls les taxis clando effectuent le trajet Nietty Mbar route des Niayes et Nietty Mbar Yeumbeul pour permettre aux habitants de rejoindre les arrêts de bus principaux.


Education

A Djiddah Thiaroye Kao, il y’a sept (07) écoles primaires publiques et une (01) privée, une (01) école préscolaire publique et une (01) privée, deux (02) collèges privées et un (01) centre de sensibilisation et d’information sur les drogues. Il n’y a pas de bibliothèque éducatifs ni de hauts lieux de formation professionnelle. On constate une promiscuité des lieux éducatifs et leur capacité d’accueil est insuffisante, les locaux sont vétustes, les moyens sont faibles et le personnel n’est pas assez important. Les écoles privées sont inaccessibles pour une large majorité de la population.

Le taux d’analphabétisme est élevé ainsi que le taux d’abandon scolaire, ceci surtout chez les femmes. On estime donc le taux d’alphabétisation de la commune à 10% (définition ; personne de plus de 15 ans qui savent lire et écrire).

Le système scolaire manque de notoriété, l’école n’est pas une référence sûr et fiable pour les familles.

Equipements scolaires :

Ecoles

Nombres de classes

Nombres d’élèves

Besoins

Ecole 12

17

 

 

Ecole Lansar A

13 + extension (02) classes

900

Eau, sécurité, prise en charge gardien

Ecole Lansar B

12

700

Eau, sécurité, prise en charge gardien

Ecole 21

16

870

Eau, sécurité, prise en charge gardien

Ecole Saliou Ndongo A

17

1300

Prise en charge gardien et factures (eau et électricité)

Ecole Saliou Ndongo B

13

1200

Prise en charge gardien et factures (eau et électricité)

Ecole 27

16

900

Prise en charge gardien et factures (eau et électricité)

Case des touts petits

1 bloc

90

Fond de roulements matériels didactiques

Ecole préscolaire de la pédiatrie

1 bloc

90

Fond de roulements matériels didactiques

Garderie communautaire école 12

1 bloc

54

Fond de roulements matériels didactiques


Santé

Dans la commune, il ya deux (02) dispensaires publics et trois (03) privés, trois (03) postes de santé et une (01) maternité. L’ensemble de ces infrastructures sont largement sous équipées. Elles manquent de moyens et de personnel. Une large majorité de la population n’a pas accès aux soins. La première cause est financière : beaucoup de familles ne peuvent pas payer les soins.

D’autre part, les infrastructures sont capables de prendre en charge l’ensemble des cas. Dans un e certaine mesure, ces conditions ne favorisent pas l’image et la confiance vis-à-vis de ce type de médecine dans la commune. Les maladies sont nombreuses : diarrhées, dermatose, paludisme, infections respiratoires, infections liées à l’eau amibe, bilharziose, galle etc.…

Les enfants sont les premiers concernés et la mortalité infantile est largement supérieure à la moyenne nationale. Les causes des maladies sont plurielles : ordures, eaux stagnantes, prolifération des mouches et des moustiques, pollution, absence de chaîne de froid pour les aliments, manque de préoccupation d’hygiène etc…

Equipements sanitaires :

Poste de santé

Obstacles

Besoins

Poste de santé de Deggo

Manque de moyens financiers

Manque de personnel qualifié

Manque d’équipements

Renforcement du plateau technique

Une ambulance

Recrutement de personnel qualifié

Subvention

Poste de santé de Sante Yalla

Manque de moyens financiers

Manque de personnel qualifié

Manque d’équipements

Renforcement du plataeu technique

Une ambulance

Recrutement de personnel qualifié

Subvention

Poste de santé de Touba Thiaroye

Centre de recherche

Renforcement du plataeu technique

Une ambulance

Recrutement de personnel qualifié

Subvention

Pédiatrie

Centre de recherche

Augmenter les capacités d’accueil en vue d’une polyclinique

Centre de lutte contre la drogue

Absence de convention le Ministre de l’intérieur et la commune

Renforcer la communication

Recrutement du personnel spécialisé


Sport et Culture

Sur l’ensemble du territoire de Djiddah Thiaroye Kao, il y’a qu’un seul terrain de football pour quinze (15) associations sportives et culturelles (ASC), certaines équipes sont contraintes de s’entraîner à l’intérieur de la commune, cette absence de terrain de sports publics contraint également les lutteurs.

Les terrains occupés par les enfants sont insalubres et contiennent de nombreux déchets. Il y’a un (01) seul foyer socioculturel alors que la demande des jeunes est très soutenue.

Dans l’ensemble Djiddah Thiaroye Kao manque d’espace d’expression et concertations pour les jeunes mais également l’ensemble des associations. Le plan stratégique de la ville de Pikine fait état d’un manque de formation et du nombre d’éducateurs, il n’y a pas de lieux permettant l’organisation d’événements culturels, sportifs et ceux organisés n’ont pas une très grande capacité d’accueil ni une notoriété importante.

Sport /Jeunesse

Nombre ASC

15

Terrains de sports équipés

0

Terrains de sports non équipés

2

Salles de spectacle

4


RELIGION

Dans la commune, il y’a quarante deux (42) moqués de quartier et huit (08) grandes mosquées de Vendredi.la commune compte également deux (02) églises.


Vie Associative

Liste des Associations et OCB


Informations Pratiques

 

Projets recherchant des Partenaires