SIPEEY

...Système dInformation Populaire pour les Collectivités Locales au Sénégal

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Commune de Saint Louis

Envoyer Imprimer PDF

Historique                  Visitez les Sites Officiels de la Commune

                               Autre Site : Saint-Louis : un patrimoine mondial

La création de Saint-Louis

La ville de Saint-Louis est une création européenne, construite ex-nihilo, organisée à l'origine à partir d'un navire ancré au large de la côte. En 1633, la Compagnie du Cap-Vert établit un premier comptoir pour la traite des esclaves sur une île à l'embouchure du fleuve. Dix ans plus tard, le comptoir est transféré par Louis Caullier dans une zone moins inondable, l'île de Ndar, qui prend alors le nom de Saint-Louis en l'hommage au roi de France.

Reflet d'un développement intensif, de nombreux bâtiments civils, publics, religieux et militaires voient le jour dès la première moitié du XIXe siècle :

  • l'église est inaugurée en 1828
  • les hôpitaux militaire et civil ouverts en 1822 et 1840
  • le palais de justice édifié de 1844 à 1846
  • les casernes d'Orléans et Rognat élevées en 1830 et 1843
  • l'institution des soeurs de Saint-Joseph de Cluny et l'école des frères Ploërmel fondées en 1826 et 1841
    la mosquée achevée en 1847.

 De 1854 à 1864, Faidherbe entreprend une série de travaux qui confirme l'essor de la ville. Il dégage les voies de circulation, trace le boulevard extérieur et commence l'aménagement des quais, lutte contre les inondations par des travaux de remblais et d'assainissement des berges, réglemente l'implantation des constructions notamment à la périphérie, encourage les constructions en dur, rase une partie des paillottes, édifie une nouvelle prison et un hospice civil pour les indigents et relie l'île à Guet Ndar et Sor par des ponts permanents.

L'âge d'or de la ville s'étend durant le dernier quart du XIXe siècle. A partir de 1879, elle est le siège du Conseil général de la colonie dont on achève le bâtiment en 1888. En 1895, Saint-Louis devient la capitale de l'Afrique Occidentale Française (A.O.F.) regroupant le Sénégal, le Soudan, la Guinée et la Côte d'Ivoire. Le chemin de fer reliant Dakar à Saint-Louis arrive à Sor en 1885 (la gare actuelle ne datant que de 1908) et le pont Faidherbe à charpente métallique remplace le pont de bâteaux en 1897. L'île est alors dotée d'une adduction d'eau potable, de trotoires et d'un éclairage public ; la totalité de la superficie habitable est lotie. A cette époque l'île compte 20 000 habitants.

En 1902, le transfert de la capitale de l'A.O.F. de Saint-Louis à Dakar sonne le glas de cette belle époque qui se prolonge jusqu'à la première guerre mondiale. A ce moment, quelques constructions administratives comme l'hôtel consulaire (1936), les châteaux d'eau (1937) et des immeubles modernes sont encore construits entre les deux guerres mais l'essentiel de l'inovation architecturale se situe alors à Dakar malgré l'augmentation de la population qui double entre 1936 et 1950. On enregistre un dernier sursaut de constructions administratives dans le quartier sud comme le centre de l'I.F.A.N. élevé en 1957. L'approche de l'indépendance achève le déclin de la ville avec le transfert définitif du gouvernement du Sénégal à Dakar en 1957-1958 et en novembre 1960 ce lui de la capitale de la Mauritanie à Nouakchott.

Une architecture coloniale originale mais menacée

L'île Saint-Louis présente un ensemble urbain, architectural, historique et culturel parmi le plus remarquables de l'Afrique de l'Ouest. C'est un des exemples bien conservé de villes coloniales, anciens comptoirs commerciaux développés à partir d'un fort comme à Gorée, Rufisque et Carabane au Sénégal et Grand-Bassam et Bingerville en Côte d'Ivoire. Ce site lagunaire et marécageux est choisi pour des raisons stratégiques en raison de sa proximité de la mer et de la facilité de défense.

Le tracé orthogonal de la trame viaire implantée à partir du fort est caractéristique du plan des villes nouvelles coloniales tracées par les officiers du génie. Le centre est quadrillé par des îlots carrés de 30m de côté qui se prolonge du nord au sud par des îlots de même largeur mais plus allongés de 75m de long. Les îlots transversaux encadrent les deux types précédents et bordent les deux bras du fleuve. Les structures géométriques des îlots sont inversement proportionnelles à leur éloignement du centre et à leur anciennenté. L'espace des îlots d'habitation aux parcelles surdensifiées est saturé, laissant peu de place aux espaces vert.

On y retrouve une architecture de type méditerranéenne adoptée à partir de la première moitié du XIXe siècle au climat tropical et au milieu colonial : maison autour d'une cour, répartissant lumière et fraîcheur. Près de la moitié des maisons sont en rez-de-chaussée : le tiers d'entre elles, construites en brique portent des toitures de tuiles mécaniques, à deux versants, le reste est couvert en terrasse avec acrotères dont les avancées forment pare-soleil.

Les maisons à étage, légèrement moins nombreuses que les précédentes, construites en brique, s'organisent également autour de la cour. Les logements de l'étage sont distribués en enfilade par une coursive et disposent côté rue de portes-fenêtres symétriques donnant sur un balcon généralement protégé par un auvent en tuile mécanique. Les plus vieilles balustrades sont en bois, quelques unes en fer forgé. Les plus récentes et les plus restaurés sont en ciment.

La plupart des rez-de-chaussée de ce type de maisons étaient à usage de boutiques dont les plus anciennes s'ouvraient dans des arcades en plein centre. Les enduits des maisons les plus anciennes sont colorés en ocre ou en rose et les entrées sont soulignées par des encadrements moulurés et peints.

La cité de Saint-Louis, vieille de plus de trois siècles, s'est peu à peu endormie au XXe siècle, avec la perte de son pouvoir économique et administratif, entrainant la dégradation ou la disparition de bâtiments remarquables. La confrontation entre l'état actuel et la couverture aérienne de 1972 est alarmante : de nombreux édifices civils ont été rasés ou sont dans un état de ruines nécessitant une totale reconstruction, de nombreuses barraques en bois et plusieurs entrepôts ont également été rayés de la carte durant ces dernières années.

L'état du patrimoine est alarmant : 10 à 20% des constructions menacées de ruine et plus de 30% nécessitent de grosses réparations... Les rares restaurations effectuées ne respectent pas les détails de façades : encadrements moulurés des baies, balcons en bois ou en ferronerie surmontés d'auvent couvert en tuile, coloration des enduits...

 

Les mesures de sauvegarde

La sonnette d'alarme avait été actionnée dès les années 1970. En 1973, le conseil national de l'urbanisme déplore l'état de délabrement continu de la ville de Saint-Louis est incluse sur la liste des monuments et des sites historiques en août de la même année.

Le classement au patrimoine mondiale de l'UNESCO en 2000 couronne une série d'études et de missions, d'initiatives et d'actions d'information et de sensibilisation. Ce classement porte la ville de Saint-Louis et le Sénégal au devant de la scène internationale et implique un engagement fort des collectivités locales et des administrations nationales dans une politique de sauvegarde et de mise en valeur de l'île Saint-Louis.

Dès novembre 2000, le conseil municipal de la ville adopte le réglement provisoire d'architecture pour la sauvegarde de l'île de Saint-Louis. Ce réglement instaure une commission d'instruction pour toute demande de réhabilitation, de construction ou d'amélioration du bâtit de l'île ainsi qu'un certain nombre de recommandations architecturales. Ce document reste provisoire jusqu'à l'adoption du "Plan de sauvegarde et de mise en valeur".

Avec l'aide de ses partenaires de la Coopération décentralisée et notamment, Lille Métropole Communauté Urbaine, une convention de coopération décentralisée axée, entre autre, autour du Patrimoine, prévoit la réalisation d'un Plan de Sauvegarde et de mise en valeur.

Déjà, plusieurs missions de l'Ecole d'Architecture de Lille (EAL) ont permis de démarrer le travail d'inventaire du patrimoine, pour servir de support au futur Plan de Sauvegarde.

Dans le cadre d'un projet UNESCO, "Gestion Durable du Patrimoine Mondial lutte contre la Pauvreté" l'UNESCO étudie la faisabilité de la mise en place d'un fonds d'aide pour la restauration du patrimoine bâti en actionnant les leviers locaux de financements tout en protégeant les populations résidantes par le développement des activités économiques.

Le classement UNESCO

Après un premier classement en 1976 comme secteur sauvegardé par le Président L.S. Senghor, l'île de Saint-Louis du Sénégal a été classée Patrimoine Mondiale de l'Humanité en 2000.

L'île de Saint-Louis présente un ensemble urbain, architectural, historique et culturel parmi les plus remarquables de l'Afrique de l'Ouest. C'est un des exemples bien conservé de villes coloniales, anciens comptoirs commerciaux développés à partir d'un fort comme à Gorée, Rufisque et Carabane au Sénégal ou Grand-Bassam et Bongerville en Côte d'Ivoire.

Ce site lagunaire et marécageux, émergant à peine de la nappe phréatique est choisi pour une raison stratégique en raison de sa proximité de la mer et de sa facilité de défense.

Le tracé orthogonal de la trame viaire implanté à parti du fort est caractéristique du paln des villes nouvelles coloniales tracées par les officiers du génie.

On y retrouve une architecture de type méditerranéenne adaptée à partir de la première moitié du 19° siècle au climat tropical et au milieu colonial: maison autour d'une cour, répartissant lumière et fraîcheur.

La cité de Saint-Louis, veille de plus de trois siècle, s'est peu à peu endormie au 20ème siècle, avec la perte de son pouvoir économique et administratif entraînant la dégradation ou la disparition des bâtiments remarquables. La confrontation entre l'état actuel et la couverture aérienne de 1972 est alarmante: de nombreux édifices ont été rasés ou sont dans un état de ruines nécessitant une totale reconstruction, de nombreuses baraques en bois et plusieurs entrepôts ont également été rayés de la carte durant ces dernières années.

La sonnette d'alarme avait été actionné dés 1970, en 1973 la conseil national de l'urbanisme inscrit l'île sur la liste des monuments et des sites historiques en août de la même année.

Le classement au Patrimoine mondial par l'UNESCO en 2000 couronne une série d'études et de missions, d'initiatives et d'actions d'information et de sensibilisation.

Depuis son classement, la démarche de conservation et de rénovation a pris une dimension nouvelle. Les autorités locales, et en premier lieu la Commune de Saint-Louis mettent en oeuvre une politique dynamique de protection. Avec l'aide de ses partenaires de la Coopération décentralisée et notamment, Lille Métropole Communauté Urbaine, une convention de coopération décentralisée axée, entre autre, autour du Patrimoine, prévoit la réalisation d'un Plan de Sauvegarde et de mise en valeur.

Depuis 2000, un Règlement Provisoire d'Architecture permet de réglementer les permis de construire qui sont soumis à un Comité de concertation composé des acteurs nationaux et locaux, le Bureau du Patrimoine Historique, le Bureau d'Architecture des Monuments Historiques, le Centre de recherche et de Documentation du Sénégal, la commune, les Services déconcentrés de l'Etat, la société civile.

Une base de donnée est également en cours d'élaboration, elle servira de support au futur Système d'Information Géographique (SIG) de la Commune de Saint-Louis.

Prochainement, avec l'appui de ses partenaires, et notamment la ville de Lille, Saint-Louis prévoit de se doter d'un Agenda 21 Local afin de mieux prendre en compte la préservation et la mise en valeur de son site exceptionnel.


Géographie

Le Sahel

Saint-Louis fait partie de la zone sahélienne. Cette frange désertique sépare les dunes du Sahara des savanes de baobabs. Cette zone transitoire est caractérisée par l'émergence de quelques dunes fixées par des acacias épineux. Ces derniers sont pratiquement les seuls arbres qui subsistent encore naturellement dans la région. Le sol sablonneux est fréquemment balayé par les vents, créant ainsi des tempêtes de sables qui peuvent durer plusieurs jours. Celles ci se produisent le plus souvent lors de la période de l'Harmattan (décembre à mai) ce fameux vent chaud et sec qui émane du désert du Sahara. Pendant la saison des pluies, une légère couche d'herbes recouvre le sol. Les buissons aussi retrouvent leur feuillage, transformant agréablement le paysage.

Carte Google Maps

 

{svmap id="11"}

Coordonnées: 16° 02' N ; 16° 30' O
Climat subtropical de type façade orientale
Total annuel des précipitations: 346
Température moyenne annuelle: 25

Le Marais Fluvial


Lors de la saison des pluies, quand le fleuve déborde de ses berges, Saint-Louis est entourée de bassins d'inondation. L'eau salée créee des zones de petites mangroves ou d'étangs. De nombreuses espèces d'oiseaux y séjournent notamment des flamands roses et des pélicans. Quand le fleuve retrouve son cours et que les eaux s'évaporent, le sel s'y trouve concentré, donnant à ces bassins une couleur rosâtre. Une fois l'eau complètement évaporée, les villages environnants, tel Gandiol, récupèrent le sel pour le vendre au marché.

La Langue de Barbarie


Cette bande de sable est l'aboutissement d'une plage longue de près de 600 km s'étirant depuis Nouâdhibou en Mauritanie, jusqu'à Saint-Louis. La Langue de Barbarie sépare pendant 25 kilomètres le fleuve Sénégal de l'océan Atlantique. A l'embouchure, les eaux se rencontrent avec force. Elle n'a que la largeur d'une dune bordée de plages. D'un côté l'agitation de l'océan : la barre créée par plusieurs bancs de sables auxquels doivent se heurter les pêcheurs. Sur l'autre berge, le calme du fleuve, fréquenté par une multitude d'oiseaux marins. La végétation se compose essentiellement de filaos, seuls arbres résistant à l'air marin.

Climat

Les Saisons


Il y a seulement deux saisons à Saint-Louis qui sont définies par les précipitations plutôt que par les variations de température.


- La saison des pluies : elle commence fin juin et se termine en octobre. Elle est chaude et humide. C'est le moment des orages, au plus une fois par semaine.


- La saison sèche : de novembre à mai, le climat est très souvent agréable à cette période car Saint-Louis se trouve rafraîchie par les vents de la mer. Néanmoins, de janvier à mars, les vents de l'Harmattan descendent du désert, donnant quelques journées chaudes et poussiéreuses.


Administration

Contenu Administration de la commune


Le Maire

L'appel de Cheikh Bamba Dièye Maire de Saint-Louis

Quelque soit la richesse de son patrimoine et de ses fondateurs aucune ville ne saurait vivre éternellement sur son legs si ses enfants ne participent pas à la valorisation de ce riche passé et à la construction d’un avenir radieux. C’est dans cette optique qu’il va falloir regarder notre action à la tête de la plus belle ville du monde parce qu’elle l’est assurément. Elle est gravée dans notre cœur, notre âme et notre esprit à nous les amoureux et enfants de Ndar.

Il s’agira pour nous tous, où que nous nous trouvons dans le monde, de nous retrouver, de conjuguer nos efforts pour réussir notre Pari. Celui de prouver à nos compatriotes que le sous développement, la pauvreté, l’insalubrité ne sont pas une fatalité. Tous ensemble et sur l’espace de Saint-Louis nous allons, nous les doomou Ndar, apporter la preuve que nous pouvons développer notre ville et la laisser en exemple au reste du pays. Ce sera le meilleur témoignage de reconnaissance et de gratitude que nous pouvons offrir à notre cité fondée en 1659 et vieille aujourd’hui de 350 ans.

Nous sommes, par la grâce de Dieu, la doyenne des cités du Sénégal et de l’Afrique de l’Ouest. C’est un honneur qui se mérite. J’en appelle à tous pour que notre ville soit belle, radieuse et éclatante afin que les nombreux amis de Saint-Louis soient chaque jour plus satisfaits du travail que nous faisons pour préserver et développer ce patrimoine mondial de l’humanité qu'est Saint Louis du Sénégal.

Ce site se veut un espace ouvert d’échange entre Saint Louis, ses enfants, ses amis et le reste du monde. Il se veut un espace conviviale de proximité, un outil d'information sur Saint Louis et sur les actions de la Mairie. Afin que la transparence, la démocratie participative deviennent une réalité palpable.

Bien cordialement votre serviteur .

Cheikh Bamba DIEYE

Maire de Saint Louis.


Le Conseil Munucipal

Une longue tradition municipale

La municipalité de Saint-Louis a été créée en 1872. Saint-Louis possède une ancienne tradition communale. En effet, elle a été érigée en commune de plein exercice dès 1872. Ce statut n'a été élargi à l'ensemble des communes du Sénégal qu'en 1960. C'est en 1966, que la loi 66-64 du 30 juin 1966, réunit en un texte de référence unique, les différentes lois régissant l'institution communale. En 1990, la loi 90-35 du 08 octobre 1990 modifie à nouveau le code de l'administration communale et verse les communes à statut spécial dans le droit commun. La loi 96-06 du 22 mars 1996 portant code des collectivités locales fixe dans son titre II, le rôle, l'organisation et le fonctionnement des organes de la commune et du conseil municipal La loi 96-07 du 22 mars 1996 portant transfère de compétences aux régions, communes et communautés rurales, précise les principes fondamentaux et les modalités générales de transfert de compétence. Le conseil municipal de la ville de SAINT-LOUIS est composé de 70 conseillers municipaux élus pour 5 ans au suffrage universel direct. Le conseil est une équipe plurielle composée de cinq (5) partis politiques et coalition de partis. Les conseillers sont issus des rangs de PVC/SA deux (2), CNC deux (2) CLS cinq (5), Soppi 2009 onze (11), tandis que cinquante (50) sont de la majorité (Benno Sigguil Ndar).Le Bureau Municipal, constitué du MAIRE et de ses 11 adjoints est chargé de préparer les sessions du conseil municipal. Il peut être élargi aux secrétaires élus et aux présidents de commission. Les commissions techniques, au nombre de 29 sont de véritables bureaux d'études au service du conseil municipal. Ces commissions spécialisées couvrent ainsi tous les domaines d'interventions du conseil municipal. Depuis le 22 mars, à l'issue d'élections libres et démocratiques, Monsieur Mamadou Abiboulaye DIEYE, préside la commune pour 5 ans. Le Cabinet du MAIRE de Saint-Louis assure la gestion et le suivi du courrier politique, détient pour son information une copie de lettres et de correspondances adressées au MAIRE. Il reçoit le courrier que lui impute le Secrétaire Municipal. En outre, il exploite le courrier avec le MAIRE et veille au suivi des réponses.

Les adjoints aux Maires

  • Premier Adjoint : Maitre Alioune Badara CISSE
  • Deuxième Adjoint : Madame Aida MBAYE DIENG
  • Troisième Adjoint : Monsieur Abdou MBAYE
  • Quatrième Adjoint : Docteur Moustapha KANDJI
  • Cinquième Adjoint : Professeur Iyane SOW
  • Sixième Adjoint : Madame Ngoné THIOUNE
  • Septième Adjoint : Monsieur Latyr FALL
  • Huitième Adjoint : Monsieur Aladji Tidiane GAYE
  • Neuvième Adjoint : Monsieur Oumar THIOYE
  • Dixième Adjoint : Docteur Ousseynou SECK
  • Onzième Adjoint : Monsieur Daouda CISSE

Situation de Trésorerie de la Mairie de Saint-Louis


Infrastructures et Equipements

Données


Education

Données scolarité


Santé

Données sanitaires


Sports et Loisirs

Données Sportives


Vie Associative

Liste des Associations et OCB


Informations Pratiques

Données

 

Projets recherchant des Partenaires