SIPEEY

...Système dInformation Populaire pour les Collectivités Locales au Sénégal

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Commune de Diourbel

Envoyer Imprimer PDF

Historique                       Visiter le site officiel de la commune

La région de Diourbel recouvre à peu près l’ancien royaume du Baol, né au lendemain de la victoire de Danki de Amary Ngoné Sobel sur le Bourba Djoloff Lélé Fouli Fak. Auparavant, le Baol comme d’ailleurs le Cayor, était divisé en Lamanats dont les chefs, les Lamanes, indépendants les uns des autres, étaient néanmoins des vassaux du Bourba Djoloff, à qui ils étaient tenus de verser des redevances, qu’ils apportaient eux-mêmes à Thieng alors capital du Djollof. Et, c’est pour protester contre ce poids lourd et humiliant, qu’Amary Ngoné Sobel fils du Laman Cayor Déthié Fou Ndiogou, libéra le Cayor et le Baol par sa victoire au Danki. Dès lors, prirent naissance les royaumes du Cayor et du Baol, dont les souverains furent respectivement appelés DAMEL et TEIGNE

 


Géographie

La région est située par 14°30 et 15° de latitude Nord et 15°40 de longitude Ouest. Sans accès à la mer, elle est limitée au Nord par les régions de Thiès et de Louga, au Sud par les régions de Thiès et de Fatick, à l’Est par les régions de Fatick et de Louga et à l’Ouest par la région de Thiès.La région de Diourbel est directement reliée à sa capitale nationale, Dakar, par la Route Nationale n° 3, dont le revêtement goudronné est globalement en bon état, et par la voie ferrée Dakar-Kidira.
La région est située à l’Est par la région de Dakar, Les localités les plus proches sont Sessene, Dangol, Garhane, Sous, Kankane, Ngoko et Tiebo.
Dakar, la capitale, se trouve à 146 km [2].
Avec une superficie de 4.769 km², la région de Diourbel est la moins étendue du pays. Diourbel qui comprend trois départements (Mbacké, Diourbel et Bambey) est la « Capitale du Baol » et du mouridisme puisqu’elle abrite la ville de Touba, sanctuaire du mouridisme.

Population

Lors des recensements de 1988 et 2002 la population s'élevait respectivement à 76 548 et 95 984 habitants.Sa population est estimée à près d’un million cinq cent mille habitants avec une évolution rapide, ce qui fait de Diourbel la deuxième région la plus peuplée après Dakar. La population est essentiellement jeune (59%) et féminine (53%). Les wolofs sont l’ethnie dominante, viennent ensuite les sérères, les peuls, et les maures. Plus de 70% de la population de Diourbel vit en milieu rural, la sécheresse et le manque d’emploi poussent la population active en particulier les jeunes à se déplacer, c’est pourquoi on observe de fortes dépressions démographiques dans cette tranche d’âge.

 


Administration

Diourbel a été érigé en commune mixte en 1918, puis en commune de plein exercice en 1955 [1]. C'est aujourd'hui le chef lieu du département de Diourbel, une subdivision de la région de Diourbel.


Le Maire

Me Jacques Baudin (1939-) est un avocat et un homme politique sénégalais, plusieurs fois ministre sous la présidence d'Abdou Diouf, ancien député et maire de Diourbel depuis 2009. Né à Diourbel le 14 août 1939, il devient avocat à la Cour en 1984. Il est successivement ministre du Tourisme et de l'Environnement du 7 mars 1990 au 1er juin 1993, puis ministre de la Justice du 2 juin 1993 au 3 juillet 1998, enfin ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'Extérieur dans le gouvernement de Mamadou Lamine Loum, du 4 juillet 1998 au 3 avril 2000. Il est maire de Diourbel, sa ville natale, dont il a également été député.


Le Conseil Munucipal

Données Conseil Municipal


Economie

L’économie de la région est essentiellement dominée par l'agriculture qui ne mobilise plus 54% de la population avec des rendements qui toutefois ne représentent pas l'essentiel de PIB régional. L’économie est pour l’essentiel une économie à vocation agricole.Le secteur de l’agriculture emploie plus de 57% de la population active.
Cependant, paradoxalement, les revenus monétaires tirés de cette activité ne représentent que 8,6% du total régional. La région de Diourbel a également une tradition d’artisanat qui joue un rôle de première importance en tant que pourvoyeur d’emplois. Le commerce constitue aussi un secteur très dynamique de l’économie régionale. Un environnement économique local peu clément et une et une gestion non rationnelle des ressources naturelles fortement dégradées sont les fondements du basculement des ménages vers la pauvreté. La baisse des revenus, les difficultés d’accès au crédit et la faiblesse de la couverture des services sociaux de base sont les principales manifestations de la pauvreté dans la région.
Diourbel présente un taux de pauvreté de 65,3%( ESAM I).Le taux de contribution de la région à la pauvreté du pays est de l’ordre. De 12,5% en 2001



Infrastructures et Equipements

Pour celui qui se rend à TOUBA il est important de savoir que la ville dispose de beaucoup d’infrastructures et équipements qui couvrent presque tous les domaines. Ces infrastructures qui se développent au rythme de la croissance de la ville, confèrent à celle-ci un cachet spécial qui fait d’elle une ville unique au Sénégal.

En parcourant l’ouvrage du CHEIKH intitulé Matlabul Fawzayni (la Quête du bonheur des Deux Mondes), il apparaît que toutes ces réalisations et dispositifs de développement ne sont que des éléments d’illustration et des preuves tangibles qui démontrent que les prières du CHEIKH ont été bien agréées par Le TOUT PUISSANT ALLAH.

 


 

Education

Dans le secteur de l’éducation et de la formation l’ambition de la Délégation spéciale c’est d’aller vers la création d’un Centre de Documentation et d’Informatique (CDI) dans chaque lycée et collège de la région, et la promotion de la formation technique professionnelle, notamment dans les NTIC et métiers des BTP.

Réhabiliter et construire de nouvelles infrastructures scolaires pour améliorer les conditions d’apprentissage et absorber la forte demande en éducation: clôturer les écoles, construire de nouvelles salles de classe, des blocs administratifs et d’hygiène

L’accent sera également mis sur la création des classes d’alphabétisation surtout pour les femmes qui sont dynamiques dans le développement socio-économique de la Région.

Nous cherchons également des partenaires pour résoudre les problèmes de transport des élèves


Santé

Il convient:

De trouver des partenaires extérieurs pour le Centre Hospitalier Régional Heinrich LUBKE de Diourbel. On souhaiterait jumeler l’hôpital de Diourbel à un hôpital de la Région de Vénéto

Améliorer le plateau technique de l’hôpital par l’équipement (voir expression de besoins en matériel de l’hôpital), la création de nouveaux services notamment de cardiologie et le renforcement des compétences du personnel soignant par le biais de la formation continue dans vos structures sanitaires De renforcer le dispositif sanitaire surtout en milieu rural, notamment avec la construction d’un bloc de pédiatrie au Centre de santé de Ndamatou (Touba) d’un coût de 70.000 euros environ. La région de VENETO a mis à notre disposition une enveloppe pour participer à ce projet. Nous-mêmes avons dégagé une enveloppe de 11.000 euros. Actuellement nous sommes entrain de chercher un financement complémentaire de 42.500 euros pour réaliser ce projet qui est d’une nécessité vitale. Ce financement ne tient pas compte de l’équipement Le secteur de l’action sociale constitue un axe prioritaire et il convient d’apporter un appui aux handicapés pour leur insertion socio-économique et faciliter leur mobilité pour lutter contre la mendicité

Dans le secteur de l’éducation et de la formation l’ambition de la Délégation spéciale c’est d’aller vers la création d’un Centre de Documentation et d’Informatique (CDI) dans chaque lycée et collège de la région, et la promotion de la formation technique professionnelle, notamment dans les NTIC et métiers des BTP.

Réhabiliter et construire de nouvelles infrastructures scolaires pour améliorer les conditions d’apprentissage et absorber la forte demande en éducation: clôturer les écoles, construire de nouvelles salles de classe, des blocs administratifs et d’hygiène

L’accent sera également mis sur la création des classes d’alphabétisation surtout pour les femmes qui sont dynamiques dans le développement socio-économique de la Région.

           
                               

   
       


 

Sport et Loisirs

Données Sportives


Vie Associative

Liste des Associations et OCB


Informations Pratiques

Données

 

Projets recherchant des Partenaires